Jamie McKelvie – The Wicked + The Divine #6-11

We find again Jamie McKelvie for the rest of his run on The Wicked + The Divine, before the artistic duo McKelvie-Gillen invite many artists to be involved with them in this adventure.

Nous retrouvons Jamie McKelvie pour le reste de son run sur The Wicked + The Divine, avant que le duo McKelvie – Gillen n’invite de nombreux artistes à participer à cette aventure avec eux.

After five issues during which we heard about him, Inanna, Baal’s ex, finally appears. Inanna, in the traditional myths, is a woman and not a man – but we already saw a sexual inversion with Lucifer being a woman in (see Jamie McKelvie – The Wicked + The Divine #1-5). Jamie McKelvie offers us with this page a very poetic scene, a magical one. At the morgue, Inanna places his hands on two dead bodies’ chest – the bodies of the men Lucifer killed on The Wicked + The Divine #1. Thus, he discovered that before turning into killers, these men were fans of the Pantheon. Jamie McKelvie and Kieron Gillen kept the mystery about Inanna’s powers and identity until last minute, until his first appearance, and we are as delighted as Laura to met him. He looks like a prince charming with magic powers. I’m particularly fond of the last panel with the close-up on Inanna’s eyes. Despite his powers and the star tattooed on his left eye, we can see a great sadness, a deep melancholy in his soul.

Après cinq épisodes pendant lesquels on entend souvent parler de lui, Inanna, l’ex de Baal, apparaît enfin. Traditionnellement, Inanna est une femme et non un homme – mais nous avons déjà vu une inversion de sexe avec Lucifer (voir Jamie McKelvie – The Wicked + The Divine #1-5). Avec cette page, Jamie McKelvie nous offre une scène très poétique, presque magique. A la morgue, Inanna place ses mains sur la poitrine des deux hommes tués par Lucifer dans The Wicked + The Divine #1. Il découvre ainsi que ces hommes, avant de se transformer en meurtriers, étaient des fans du Panthéon. Jamie McKelvie et Kieron Gillen ont gardé le mystère sur l’identité et les pouvoirs d’Inanna jusqu’à la dernière minute, jusqu’à sa première apparition, et nous sommes aussi enchantés que Laura de le rencontrer. Il ressemble à un prince charmant maniant la magie. Je suis particulièrement fan de la dernière case, un gros plan sur les yeux d’Inanna. Malgré ses pouvoirs et son tatouage en forme d’étoile sur son œil gauche, nous pouvons déceler une grande tristesse, une profonde mélancolie dans son âme.

Jamie McKelvie - The Wicked + The Divine #6 p.20 © Jamie McKelvie / Image Comics
Jamie McKelvie – The Wicked + The Divine #6 p.20 © Jamie McKelvie / Image Comics

If we’ve already seen Woden in the Pantheon’s HQ, it’s the first time we see him really interact with another human being. A previous valkyrie has stormed in to confront the nordic god. Jamie McKelvie has composed his page like a stair. Gradually, the girl occupies a larger panel than Woden, which is counter-intuitive. In fact, the girl should have the smaller panel strip by strip since she’s the one being trapped by Woden’s words. Instead, she’s on the larger panel on the last strip, like she’s finally freed herself from Woden’s control. She thinks she’s over him. Unfortunately, Woden doesn’t accept rejection that easy, and already has a trap prepared for the foolish girl. Hidden behind his helmet, he conceals his emotions, his betraying, which allow him to imprison his previous Walkyrie.


Si l’on a déjà vu Woden au QG du Panthéon, c’est la première fois qu’on le voit interagir avec un autre être humain. Une ancienne de ses Walkyries a surgi pour affronter le dieu nordique. La page est composée en escalier : les deux personnages se trouvent chacun d’un côté de la page, et progressivement l’espace alouée à la jeune fille grignote l’espace qu’occupe Woden. Mais ça devrait être l’inverse, Woden devrait occuper petit à petit davantage d’espace que sa Walkyrie, puisque c’est lui qui l’emprisonne avec ses mots. Mais elle occupe le plus grand espace dans la dernière case, comme si elle s’était finalement libérée de l’emprise du dieu. Elle pense en avoir fini avec lui, mais c’est mal connaître Woden qui prend très mal le rejet et l’abandon. Un piège est déjà tendu pour la pauvre Walkyrie. Caché derrière son casque, Woden ne montre ni ses émotions, ni sa trahison ; son casque lui permet de mettre tranquillement en place son plan pour punir sa Walkyrie, sans qu’elle n’en ait le moindre soupçon.

Jamie McKelvie - The Wicked + The Divine #7 p.12 © Jamie McKelvie / Image Comics
Jamie McKelvie – The Wicked + The Divine #7 p.12 © Jamie McKelvie / Image Comics

One by one, Laura has met the gods of the Pantheon. The penultimate one to reveal himself to her is Dionysus, the god of wine and party. Invited to one of his memorable parties – as the party god, Dionysus has invited everyone – Laura went reluctantly. Welcomed by the god in the flesh, Laura discovers what the powers of the party god are. By a single touch on his hand, every atom of her body aspires to party, and party only. On eight panels, we follow the change of Laura’s state of mind, from incomprehension to hesitation, and finally acceptation. It took four – four what? Four beats like in music? – four whatever for Laura to feel the party. The rhythm – one, two, three, four – has already been seen on the very first pages of The Wicked + The Divine’s first issue. It takes four beats for a god’s power to act: four beats before the explosion which killed the previous incarnation of the Pantheon, and probably four beats before Lucifer killed the gunmen. This count is similar to the one the musicians use. As Jamie McKelvie and Kieron Killen said during an interview, The Wicked + The Divine is a musical comic-book, with musicians-inspired characters (Luci looks like David Bowie, Sahkmet like Rihanna …). Thus, it is not surprising to see them use this « one two three four » before the gods can use their powers. They launch a beat, before unleashing the show, their powers.

Un par un, Laura a rencontré tous les dieux du Panthéon. L’avant-dernier à se révéler à elle est Dionysos, le dieu du vin et de la fête. Invitée à l’une de ses mémorables soirées – étant le dieu de la fête, Dionysos a invité tout le monde – Laura y est allée de mauvaise grâce. Acueillie par le dieu en personne, elle découvre alors l’étendu de ses pouvoirs. Grâce à une simple pression sur sa main de la part du dieu, chaque atome du corps de Laura n’aspire qu’à une chose : faire la fête. En huit cases, nous suivons l’évolution de l’état d’esprit de Laura, qui va de l’incompréhension à l’hésitation, puis l’acceptation. Cela lui a pris quatre – quatre quoi ? Quatre temps ? – quatre qu’importe pour sentir enfin l’esprit de la fête. Le rythme – un, deux, trois, quatre – a déjà été vu à de multiples reprises, et notamment dans les toutes premières pages du premier épisode de The Wicked + The Divine. Un dieu a besoin de quatre mesures pour que son pouvoir agisse : quatre temps avant l’explosion qui a tué la précédente incarnation du Panthéon, quatre temps pour que Lucifer tue les fans armés. Ce décompte est similaire à celui des musiciens. Comme Jamie McKelvie et Kieron Gillen l’ont dit lors d’un interview, The Wicked + The Divine est un comic-book très inspiré par la musique, dans son rythme et ses personnages (Lucifer ressemble à David Bowie, Sakhmet s’inspire de Rihanna). Ainsi il n’est pas surprenant de voir ce « un, deux, trois, quatre » avant l’utilisation des pouvoirs des dieux. Ils lancent un rythme, avant de dévoiler leurs pouvoirs, de faire le show.

Jamie McKelvie - The Wicked + The Divine #8 p.6 © Jamie McKelvie / Image Comics
Jamie McKelvie – The Wicked + The Divine #8 p.6 © Jamie McKelvie / Image Comics

Just like Woden’s, Ananke’s face is often hidden behind something, a veil in this case. Thus, her true feelings and thoughts remain hidden from her spokesperson. Comforting Minerva who’s upset and crying on her lap, Ananke’s face remains veiled and in the shadows, but we can see that she’s as sad as Minerva. For the first time, a god is seeing crying. Maybe because Minerva is just twelve, whereas the others are twenty or so, she’s closer to her human emotions than the others? Away from her previous appearance, Ananke looks like a grieving grandmother, comforting her grandchild. Maybe Ananke isn’t so bad after all? Maybe she’s really sad to be the only one remaining behind while the gods die after two years? They’re in Valhalla’s garden, outside the cold room where Laura met the gods (see Jamie McKelvie – The Wicked + The Divine #1-5). It looks less futuristic and more alive, more suitable for human beings to live in. All this page transpire of humanity, of emotions and is a radical change compared to the previous depiction of the gods and their behavior.

Comme Woden, le visage d’Ananke est souvent caché, derrière un voile dans le cas présent. Ainsi ses véritables sentiments et ses pensées profondes restent cachés de ses interlocuteurs. Confortant Minerve pleurant sur ses genoux, son visage demeure caché et dans l’ombre, mais on peut quand même apercevoir qu’elle est aussi triste que Minerve. Pour la première fois un Dieu est représenté en train de pleurer. Peut-être est-ce qu’à cause de son âge, Minerve est plus proche des sentiments des humains que ses aînés ? Bien éloignée de ses précédentes apparitions, Ananke ressemble à une triste grand-mère, réconfortant sa petite-fille. Peut-etre Ananke n’est-elle pas si méchante après tout ? Peut-être est-elle réellement triste d’être la seule survivante après la disparition de chaque membre du Panthéon et dans l’attente d’une nouvelle Récurrence ? Ananke et Minerve se trouvent dans le jardin du Valhalla, beaucoup moins futuriste et plus vivant que la grande salle froide et sans vie dans laquelle Laura a affronté les dieux (voir Jamie McKelvie – The Wicked + The Divine #1-5). Cette page dans son intégralité respire l’humanité et l’émotion : quel changement radical par rapport aux précédentes apparitions des dieux et à leurs comportements.

Jamie McKelvie - The Wicked + The Divine #9 p.3 © Jamie McKelvie / Image Comics
Jamie McKelvie – The Wicked + The Divine #9 p.3 © Jamie McKelvie / Image Comics

What a surprise to discover that Cassandra, the god-skeptical before the Almighty, is a goddess herself ?! She’s one of the Norns, the Norse goddesses of fate, and for the first time she has experienced the might of her powers by calming down a riot at Hyde Park. Terrified by her powers, she prefers to run away from the crowd than facing the consequences of her action. Despite her helmet, which hides her eyes, therefore her emotions and thoughts, we understand, thanks to the leaning head, that she’s uncomfortable with what has just happened. Her reaction is the exact opposite of the public’s. At first, they’re surprised to see and afraid in front of Cass, while she’s strong and confident. Then the crowd cheers and laughs, before Cass’ uncertain eyes. She’s like a music star afraid to perform in front of a vibrant public

Quelle surprise de découvrir que Cassandra, celle qui doutait le plus de l’existence du Panthéon, est elle-même une déesse. Elle est l’une des trois Norns, les déesses nordiques du destin, et elle vient de goûter à l’étendue de ses pouvoirs en calmant une foule en délire à Hyde Park. Terrifiée par ses pouvoirs, elle court se cacher plutôt que faire face aux conséquences de ses actes. Malgré son casque dissimulant ses yeux, donc ses émotions et ses pensées, on comprend qu’elle n’est pas à l’aide avec ce qui vient de se passer. Sa réaction est à l’opposée de celle du public. Au départ, la foule était surprise et un peu apeurée de voir Cassandra, alors qu’elle avait confiance en elle et en ses pouvoirs. Puis l’état d’esprit de la foule a changé, elle s’est mise à rire et à jouir, devant les yeux hébétés de Cass. Elle est comme une star de la musique effrayée de jouer devant un public en délire.

10 p20
Jamie McKelvie – The Wicked + The Divine #10 p.20 © Jamie McKelvie / Image Comics

But the biggest choc was after Laura’s transformation. Turns out she’s one of the Pantheon too: she’s Persephone, Hades’ wife. Covered with rose petals, she falls surrounded by Ananke’s face (a well-known pattern for gods’ transformation). This time, the Pantheon counts thirteen gods – who didn’t appear at the same time since Lucifer died in the fifth issue of The Wicked + The Divine (she’s been killed by Ananke). Why did Ananke chose to transform Laura now, and not the first time they’ve met? How come Laura be a god, since the Pantheon is complete for this Recurrence?

Mais la plus grosse surprise a été la transformation de Laura. Il s’avère qu’elle est elle-même membre du Panthéon : elle est Perséphone. Couverte de pétales de rose, elle tombe, entourée des visages d’Ananke – un motif bien connu pour les transformations des dieux. Cette fois-ci, le Panthéon compte treize dieux – qui ne sont pas apparus en même temps vu que Lucifer est morte dans le 5e épisode de la série. Pourquoi Ananke a-t-elle transformé Laura maintenant, plutôt que lors de leur première rencntre ? Comment Laura peut-elle être une déesse, puisque le Panthéon est – enfin était – complet pour cette Récurrence ?

Jamie McKelvie - The Wicked + The Divine #11 p.18 © Jamie McKelvie / Image Comics
Jamie McKelvie – The Wicked + The Divine #11 p.18 © Jamie McKelvie / Image Comics

On eleven issues, Jamie McKelvie and Kieron Gillen drew and wrote a fantastic story. They created for it a lot of characters – Cassandra the transsexual journalist, Baal and Inanna the (ex) gay couple, the party god Dionysus, the fetishist Woden – who surround Laura, a simple teenager at first who turns out to be the thirteen god of the 2014 Pantheon. Jamie McKelvie used a lot of graphic solutions to depict his ideas, which strengthens Kieron Gillen‘s story. Kieron Gillen‘s ideas have also been highlighted by Jamie McKelvie‘s drawings. I love them as a duo, and I can only regret Jamie McKelvie‘s leaving briefly the series for guests artists.

En onze épisodes, Jamie McKelvie et Kieron Gillen ont dessiné et écrit une histoire fantastique. Ils ont pour cela créé de nombreux personnages – Cassandra la journaliste transsexuel, Baal et Inanna (l’ex) le couple gay, le dieu de la fête Dionysos, Woden le fétishiste – qui entourrent Laura, une simple adolescente qui s’avère être le treizième membre du Panthéon de 2014. Jamie McKelvie a utilisé de nombreuses solutions graphiques pour représenter ses idées, qui enrichissent l’histoire de Kieron Gillen. Mais le récit de Kieron Gillen a également illuminé les dessins de Jamie McKelvie. Je les adore lorsqu’ils travaillent ensemble, et je regrette déjà que Jamie McKelvie quitte pour quelques mois la série afin de laisser place à des artistes invités.


Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s